La diversité des relations amoureuses, sexuelles et parentales chez les animaux !

suzette-decolle-les-etiquettes-homosexualité-animale

Loin du discours “contre-nature” de l’homosexualité (ou de toute autre forme de relation et d’identité qui sort de l’hétéronormativité), je trouve intéressant d’aller voir ce qui se passe du côté des autres espèces animales 🙂
 

C’est ainsi que je découvre, par les travaux d’éthologie de Fleur Daugey, autrice du livre “Animaux homos, une histoire naturelle de l’homosexualité” (Éditions Albin Michel), qu’il existe une diversité des relations amoureuses, sexuelles, parentales, mais aussi d’identités de genre, chez les animaux !

Des exemples passionnants à découvrir dans le livre de Fleur Daugey, ou bien dans cette conférence, disponible sur France Culture. Cela permet de déconstruire nos idées reçues sur l’orientation affective et sexuelle, sur la sexualité, la parentalité ou encore le genre, et surtout de voir qu’il est difficile d’attribuer une étiquette sur tel ou tel comportement, tant la palette de comportements est large, et tant cela dépend du contexte environnant.

Fleur Daugey nous montre ainsi des exemples concrets de cette diversité pour combattre notamment deux idées-reçues : la première selon laquelle la sexualité a pour unique objectif la reproduction, et la deuxième selon laquelle l’homosexualité nuit à la survie de l’espèce.

Voici quelques exemples :

  • des couples mâles de dauphins qui durent très longtemps et qui s’allient pour se défendre les uns les autres contre d’autres groupes ;
  • des poissons qui changent de sexe (physiquement) au cours de leur existence : les mérous par exemple qui naissent femelles et deviennent mâles une dizaine d’années plus tard, ou encore le poisson clown mâle qui, quand sa femelle meurt, se transforme en femelle pour attirer de nouveaux mâles ;
  • les femelles albatros de Laysan (Hawaï) qui s’accouplent avec les mâles pour se reproduire puis qui élèvent les petits entre femelles ;
  • des couples d’oiseaux qui s’associent entre eux et forment de grandes familles ;
  • des animaux qui ont des rapports sexuels par recherche de plaisir ;
  • les mouflons du Canada où les mâles et femelles vivent séparément et se rencontrent uniquement à la saison de la reproduction, qui vivent donc en communauté homosexuelle chacun de leur côté, mais où certains mâles refusant l’homosexualité vont vivre avec les femelles et adopter leurs comportements pour éloigner les mâles homosexuels ;
  • les grizzli qui adoptent des petits sans avoir de relation sexuelle entre eux ;
  • etc.

Survie de l’espèce, recherche de plaisir, violences sexuelles, sexualité stricte ou mouvante, sont tout autant d’aspects décortiqués !

Bref, j’ai trouvé tout cela absolument passionnant et cela ne peut que m’encourager davantage à vous orienter vers des livres pour enfants permettant d’aborder cette diversité des relations : vous en trouverez plusieurs dans la 4ème catégorie “sensibiliser à la diversité des familles et des relations amoureuses”.

Découvrir d'autres articles du blog